L'Amazonie...
31/08/2007

Equateur : Baños - Puto - Macas - Limon - Cuenca

L'Amazonie nous a envoutés... végétation luxuriante Après beaucoup d'hésitations étant donné l'étendue des difficultés auxquelles nous pouvions avoir à faire, nous avons malgré tout opté pour la végétation dense de la forêt amazonienne. Pour sa pluie fréquente aussi, qui ne nous a épargné aucun jour. L'eau est omniprésente, elle ruisselle sur tous les versants des montagnes, coule au fond d'innombrables ruisseaux, rivières, fleuves... Elle coule sur notre visage, quand il pleut ou quand la sueur peine à s'évaporer, le taux d'humidité étant très élevé. Quelques gouttes aussi dans les yeux de Florence un jour où la piste s'est considérablement durcie et nous a poussé à lutter jusqu'à la nuit pour sortir du bourbier... Mais l'eau étant source de vie, la vie est donc elle aussi omniprésente ! Les fruits, et les odeurs qui vont avec, sont présents toute l'année. Une femme, nous ayant invité chez elle, nous a donné lors de la visite de son jardin, oranges, citrons, pamplemousses, mandarines, papaye... directement de l'arbre au consommateur! Nous avons aussi croisé le long de la route de très nombreux bananiers (aux régimes de bananes volumineux), arbres à avocat, goyaviers... Côté animaux, nous avons eu la chance de croiser la route de petits singes, perroquets, toucan et un petit animal nouveau pour nous, du poids et de la corpulence d'un chat, à la longue queue, au long museau, et agile et rapide comme un singe. famille Shuar Au point le plus à l'Est de notre parcours, une famille de l'ethnie Shuars nous a accueillis pour deux nuits. Nous y avons appris quelques légendes Shuars et Quechua (la mère de la famille étant de l'ethnie Quechua des plaines amazoniennes, à ne pas confondre avec celle des hauts plateaux andins...), sur les plantes environnantes aux vertus médicinales ou utilisées dans la construction de l'habitat typique ici : une maison en structure de bambou et au toit constitué de superposition de feuilles issues de différentes sortes de palmiers. Nous avons aussi appris que tout près de nous s'épanouissaient boasfleur ou tigres! D'ailleurs, un peu plus loin, un homme avec qui nous avons un peu discuté partait chercher en forêt des fourmis comestibles... armé d'un fusil ! On se sent tout petit ici, tel que l'on est vraiment finalement !Ces moments ont été très riches, et valaient largement les efforts consentis !Nous avons opté pour une remontée vers Cuenca et la cordillère en bus. Cette journée n’a pourtant pas été reposante. La route entre Macas et Cuenca, en passant par Limon, est à de nombreuses reprises à la limite du praticable. L'enlisement semblait inévitable, il est arrivé. route en bien mauvais état Un des gros bulldozers travaillant sur les multiples chantiers en cours sur cette route nous a tiré d'un mauvais pas. Se sont ensuite succédés dépassements ou croisements périlleux avec vue sur la rivière, plusieurs centaines de mètres en contrebas, et sur les croix régulièrement espacées en mémoire aux... accidentés de cette même route. Après plus de 3000m de dénivelé positif et un col à 3300m, le bus a enfin rejoint Cuenca avec, au final, quelques heures de retard tout de même.

Aujourd'hui repos à Cuenca, marché Cuenca lessive, mise à jour du site, réparations diverses... programme "légèrement" perturbé par les formalités obligatoires suite au vol du sac de Florence dans un petit restaurant, avec appareil photo entre autres pertes. Sachant que nous ne transportons rien de superflu, toute perte ou vol engendre forcément une situation compliquée… Demain, plein Sud direction Loja où nous retrouverons la "Panamericana", qui risque de nous faire tout drôle au début, après cette formidable parenthèse amazonienne. A bientôt et excellente rentrée à tous ceux qui sont concernés (c’est d’ailleurs aussi la rentrée ici en Equateur lundi), on pense à vous!

Voir les photos dans la galerie "Equateur" (photos 29 à 55).

 
 
   
364779 visites