Gold Coast et Sunshine Coast
06/11/2007

Australie : Sydney-Brisbane-Great Sandy National Park - « Gold Coast » et « Sunshine Coast »

Le passage par Sydney n’étant pas prévu au départ, nous devions rejoindre Brisbane pourByron Bay entamer la partie prévue à vélo : Brisbane-Cairns. Ce transfert vers Brisbane nous a permis de constater l’urbanisation très importante de cette partie de la côte Est australienne, la très grande majorité des 23 millions d’australiens vivant le long de cette côte. Les villes sont étalées et principalement composées de quartiers résidentiels récents, de résidences de vacances et de magasins en tout genre, le tout sans charme particulier. Nous n’avons pas regretté de ne pas parcourir ces régions à vélo même si très souvent les plages, où d’innombrables surfeurs se disputent la meilleure vague, sont vraiment très belles...

plage de 50km Au Nord de Brisbane, nous avons rejoint le « Great Sandy National Park », avec l’idée de parcourir à vélo une plage de 50 km de long, de Noosa à Rainbow Beach, que seuls les 4×4 peuvent emprunter ! Christophe (le cousin de Florence qui vit à Sydney) nous en avait parlé, ignorant si les vélos pouvaient passer... L’idée nous a tenté. Après avoir demandé l’avis de plusieurs personnes sur la possibilité de parcourir cette zone à vélo et les avis ayant souvent été contradictoires, nous avons décidé de nous faire notre propre idée ! Avec des litres d’eau en réserve (Autant de kilos en plus sur le vélo...), une carte sommaire et les horaires des marées (nous ne pouvions rouler qu’à marée basse, lorsque le sable était suffisamment dur), nous avons entamé l’aventure une fin de journée. Mais le premier lieu de bivouac autorisé dans ce parc national étant situé assez loin du lieu de départ, et notre progression ayant été plus lente que prévue, nous avons dû parcourir de nombreux kilomètres... de nuit ! Au milieu de nulle part, entre falaise et océan à perte de vue, sous un ciel étoilé se reflétant dans l’eau laissée par les vagues sur le sable, avançant dans l’obscurité sur une plage déserte, l’instant a été magique. D’autant que sous le poids de nos roues, le sable scintillait de mille lumières blanches !!, un phénomène peu fréquent, dû au plancton... Comme un ciel étoilé sous nos roues ! Un moment presque irréel...plage great sandy national park
De grandes et fortes sensations encore le lendemain quand à 200 m du but seulement (!!), la marée montante nous a bloqués... Le sable mou et la configuration différente de la dernière plage à parcourir (plage très étroite, entièrement recouverte à marée haute, encombrée de troncs d’arbres ou de rochers issus d’effondrements réguliers de la falaise) a considérablement ralenti notre progression, au point de finir avec de l’eau jusqu’aux genoux, à pousser ou porter le vélo pour gagner quelques mètres. Mais à 200 m du but, une avancée rocheuse barrait le passage et sans un escalier judicieusement situé (et certainement pas là par hasard !) nous aurions dû escalader la falaise de sable pour sortir de là (possible mais particulièrement contraignant)... Un couple de « locaux » nous a expliqué plus tard qu’à cet endroit précis, de nombreux 4×4 gisent encore, par six pieds sous sable !...

arbres morts sur la plage

Reprenant quelques forces après tant d’émotions à l’aide de pain et de Nutella (sponsor non officiel ;-)... mes vrais partenaires, que je salue, sont ici ! ), nous avons été invités à passer la nuit dans la maison d’un jeune couple en vacances, à l’abri de la pluie qui s’annonçait. Après une soirée très agréable et intéressante en leur compagnie, leur véranda a été une chambre parfaite pour nous !
Aujourd’hui, mardi, la pluie continue de tomber et nous nous préparons à repartir dès demain, plein Nord, sur l’île Fraser, pour à nouveau près de 40km de vélo sur la plage, sur l’île de sable la plus grande du monde...

 

 
 
   
364773 visites